Jars

Spécialiste WordPress

Spécialiste SEO

Writer

Guitariste

Afro.Num

0

Votre panier est vide.

Jars

Spécialiste WordPress

Spécialiste SEO

Writer

Guitariste

Afro.Num

Article

PASSION ET TALENT : QUELLE CORRÉLATION ? | step°1

juin 5, 2021 Jars, Jars'Thoughts
PASSION ET TALENT : QUELLE CORRÉLATION ? | step°1

La passion, c’est ce qui nous occupe sans nous ennuyer et dont on ne voudra se lasser. Elle est épanouie de toute contrainte extérieure ; quand elle est nourrie, c’est l’épanouissement qui en découle. Quelle est cette réalité qui peut motiver un architecte à demeurer focus sur son travail si ce n’est la passion ? Elle motive mieux que toute autre chose ; elle suscite la volonté, présente des défis et impose de les relever.

Si le talent est cette réalité qui nous fait exceller et qui nous différencie dans un domaine donné, on comprend qu’il soit en lien avec la passion puisque celle-ci l’aidera à s’éclore. Un talent qui ne passionne pas ne saura se faire ressentir.

De la même manière, une passion sans talent ne s’aurait nous différencier, nous rendre exceptionnel.

Si mon talent est d’être un architecte et que c’est la musique qui me passionne, un problème se posera. En architecture, je serai doué mais ennuyé parce que je m’y retrouve aisément sans grand effort mais mon travail ne m’intéresse pas et rien de réel ne me motive. En musique, je m’échine à comprendre cet art de combiner les sons d’une manière agréable à l’oreille. Je l’aime, cet art. Mais plus je fais d’efforts, moins il se révèle inapproprié à mon être. Efforts et surefforts sans succès ou avec un succès à peine perceptible. En fin de compte, je tombe dans la dépression, je me torture à l’idée que ce qui me passionne n’est pas fait pour moi.

Voilà donc l’indispensable relation entre passion et talent. L’un sans l’autre instaure l’insuccès. L’un avec l’autre rassure d’une éclosion extraordinaire, d’un développement rapide et donc d’un succès enviable.

Reprenons le cas du talentueux architecte qui est ennuyé par son travail et qui préfère faire carrière en musique, cet art part à son encontre chaque fois qu’il décide d’aller à sa rencontre. Imaginons que dès qu’il s’était rendu compte de ce talent qu’il a en lui, il commence par nourrir un désir irrésistible de devenir le meilleur. Imaginons qu’il nourrisse un tout petit peu d’amour envers l’architecture. Imaginons qu’il ne pense qu’à ce talent, qu’il ne pense qu’à comment mieux faire tous les jours, qu’il ne pense qu’à comment se surpasser et se rendre davantage meilleur. Il a donc une motivation naturelle qui l’oblige à réussir, qui le contraint à se surpasser malgré toutes ses difficultés. Il faut le souligner ; la passion et le talent n’excluent pas les difficultés. Ce sont plutôt ces dernières qui les rendent meilleurs et qui rendent davantage forts et expérimentés.

Nous comprenons donc qu’il serait moins aisé à un talentueux musicien de réussir en architecture qu’en musique, moins aisé à un parfait agriculteur de réussir en informatique qu’en agriculture, moins aisé à un informaticien de réussir en agriculture qu’en programmation web. Les exigences d’un domaine ne sont pas identiques à celles de l’autre. Un talentueux informaticien ne saura pas tirer profit de la force des outils de travaux manuels comme un agriculteur et de cette même manière, un agriculteur ne saura prétendre avoir la même expertise informatique que quelqu’un qui est naturellement prédestiné à cette science.

Étiquettes:
4 Comments
  • Charlemagne 5:34 juin 6, 2021 Répondre

    Top! Beau texte.

    • Fèmï Ola 3:45 juin 6, 2021 Répondre

      Une personne passionnée par un domaine qui s’échine à s’améliorer constamment aura de meilleurs résultats qu’une personne talentueuse dans ce domaine mais qui ne fait aucun effort pour évoluer.

      Le talent et la passion sont donc effectivement nécessaires pour accoucher du beau.

      Toutefois, ils ne suffisent pas pour aboutir au succès. Beaucoup d’autres éléments entrent en ligne de compte et influencent directement ou indirectement.

      Au nombre de ceux-ci, nous avons :
      – le contexte socio-environnemental ;
      – les aspirations personnelles ou professionnelles de la personne ou de ses parents ;
      – les moyens financiers…

      Par exemple, je connais plusieurs jeunes talentueux et passionnés par le dessin dont le talent meurt par faute de promotion.

      Certains, leurs parents jugent que le dessin ne nourrit pas ou nourrit difficilement son homme donc leurs enfants doivent l’oublier et se concentrer uniquement sur leurs études.

      Chez d’autres, c’est le mindset le problème. Or c’est la base pour débuter et évoluer dans une activité.

      Face à l’adversité, aux critiques, aux regard des autres… de nombreux jeunes abandonnent leurs talents, perdent passion et se lancent dans les “business en vogue” ou se concentrent sur leurs “études” en espérant des jours meilleurs.

      Pour conclure, je pense que le plus important, c’est d’être heureux et épanouis dans ce que l’on fait. Rien ne vaut l’épanouissement personnel dans son travail. Sinon, la dépression et le stress guettent. Ils dévorent avec appétit les gens en perte de repères et boivent l’eau fraîche dessus.

    • Jars 5:28 juin 6, 2021 Répondre

      Merci !

  • Jars 5:45 juin 6, 2021 Répondre

    Vous voyez si juste !
    L’autre paradoxe que l’on remarque, c’est le dilemme lié au choix entre professionnalisme, expertise et bon augure ou belle vie qu’on remarque dans les pays jusque-là sous-développés. Trop facile d’être le meilleur artiste et de manquer du minimum. Trop facile d’être le meilleur architecte et de manquer du pain quotidien. Trop facile d’être chercheur dans un domaine technologique et de manquer de quoi s’activer ses data. Cette difficulté dans laquelle est constamment imbibé le jeune passionné d’aujourd’hui par l’écosystème de ces pays est bien réel. Et quand on y pense, on se rend compte qu’il faudra faire preuve d’une forte force de caractère, qu’il faudra fermer les yeux sur son bonheur d’aujourd’hui et se concentrer sur son honneur, sa joie de vivre et sa fierté de demain. Refuser de céder à la tendance et se laisser aller pleinement à sa passion, vaille que vaille. Y tenir. Plus que tout. Je me dis que dans ces conditions, le succès ne sera pas pour autant loin.

    Sauf que c’est beaucoup plus compliqué à pratiquer qu’à théoriser. Ne dit-on pas que le ventre affamé n’a point d’oreille ? Il paraît que le peuple ne veut que le pain et la paix. Difficile de lui demander de se consacrer à ce qui ne peut pas lui donner du pain (mais la paix du cœur, possible ! Rien ne peut régaler un dessinateur que ses outils de dessins.)

    La solution peut se révéler simple : se concentrer sur son avenir et essayer de vivre au mieux de sa passion.

Commenter